Résumé

  • L’organisation de défense des droits de l’homme ADF International a présenté un manifeste signé par des citoyens de 18 pays d’Amérique latine et des Caraïbes appelant à la protection de la liberté religieuse.
  • Une décision prochaine de la Cour interaméricaine des droits de l’homme affectera le droit des parents à diriger l’éducation religieuse de leurs enfants.

Washington D.C. (31 mai 2021) – La liberté religieuse et les droits parentaux sont-ils menacés en Amérique latine ? Au moins 30 000 citoyens de 18 pays d’Amérique latine le pensent. ADF International a soumis un manifeste à la Cour interaméricaine des droits de l’homme dans l’affaire Pavez c. Chili. Ce manifeste démontre que la liberté de religion est un droit humain digne de la plus haute protection. Il exhorte les juges de la Cour à faire respecter ce droit fondamental garanti par la Convention américaine et le système interaméricain de protection des droits de l’homme.
« Nous espérons que la Cour respectera la nature fondamentale de la liberté de religion et de croyance. Cela inclut l’autonomie des communautés de foi à choisir leurs enseignants et le droit des parents à ce que leurs enfants reçoivent une éducation religieuse en accord avec leurs convictions », a déclaré Tomás Henríquez, directeur du plaidoyer, Amérique latine et Caraïbes d’ADF International. « Jamais auparavant une affaire portant sur la liberté de religion ou de conviction et les droits qu’elle protège n’avait été portée directement devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme. »

Le manifeste est soutenu par plus de 30 000 signataires de toute l’Amérique latine et des Caraïbes. Il s’agit de parents, de croyants de diverses confessions et d’autres citoyens concernés. Ils ont signé pour exprimer leur soutien à la protection de la liberté de religion et aux droits des parents à diriger l’éducation religieuse de leurs enfants. Le manifeste démontre que le droit international protège l’autonomie des communautés religieuses à décider qui peut enseigner leurs croyances en leur nom.

Emploi continu, capacité différente

Mme Sandra Pavez a enseigné des cours de religion catholique à San Bernardo, au Chili. Lorsque le diocèse local a appris que Mme Pavez s’était engagée dans une relation homosexuelle, il l’a informée qu’il ne pouvait plus la certifier comme étant apte à enseigner la foi catholique au nom de l’Église. Elle a cependant pu continuer à travailler sans interruption, à un autre poste, et a même bénéficié d’une promotion pour devenir membre de l’équipe de direction de l’école.
Malgré cela, Mme Pavez a intenté une action en justice contre l’église dans différentes instances au Chili, affirmant avoir été victime de discrimination. Lorsque la Cour suprême a confirmé la liberté de l’église de certifier ses enseignants et le droit des parents de faire enseigner la religion à leurs enfants par une personne qui vit en accord avec leur foi, elle a déposé sa plainte contre le Chili auprès de la Cour interaméricaine.

Une affaire qui fait date en matière de liberté religieuse

Étant donné la portée internationale de la juridiction de la Cour, cette affaire concerne des millions de personnes dans les États américains. L’arrêt pourrait avoir un impact important pour les personnes croyantes. La Cour déterminera si les écoles catholiques, juives, musulmanes, évangéliques ou toute autre école religieuse peuvent garantir que les personnes désignées pour enseigner cette religion vivent selon ce qu’elles enseignent. Ainsi, une large coalition d’organisations et de communautés religieuses s’est rassemblée pour défendre ce droit fondamental et appeler la Cour à maintenir les lois de l’État. Cette coalition comprend les communautés juive, musulmane, orthodoxe, anglicane et protestante du Chili, ainsi que le chef du Conseil des évêques catholiques d’Amérique latine (CELAM), qui ont tous déposé un mémoire conjoint inédit auprès de la Cour.

« Le droit des droits de l’homme garantit le droit des parents de diriger l’éducation morale et religieuse de leurs enfants conformément à leurs propres convictions. En conséquence, les cours de religion doivent refléter cette garantie. Cela inclut la nomination d’enseignants qui sont des représentants fidèles de ces convictions. La liberté de religion et de croyance est en jeu pour les parents des Amériques. Il est vital que la Cour agisse pour protéger cette liberté fondamentale », a déclaré Robert Clarke, directeur adjoint d’ADF International.

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS