La liberté commence peut-être à renaître au Royaume-Uni – mais pas pour les prédicateurs. Une récente vague d’arrestations de responsables chrétiens a été mise à jour ce mois-ci lorsque la police d’Uxbridge a menotté, arrêté et détenu un grand-père de 71 ans. Ouf. Il aurait pu offenser quelqu’un.

Le recul de la liberté d’expression a été prédit depuis longtemps par des lois de plus en plus terrifiantes. Ceux qui s’écartent d’un iota de l’orthodoxie étroite du jour se voient réduit au silence

John Sherwood est pasteur dans le nord de Londres depuis 35 ans. Dans le cadre de sa chrétienne, il prêche en plein air. L’expression des enseignements des Écritures est un élément central de sa foi et de son identité. Si vous entendez des raclements, c’est parce que les autorités locales ont atteint le fond du baril de ce qu’elles pouvaient censurer : l’utilisation apparente de « mots abusifs » susceptibles de causer « harcèlement, alarme ou détresse », en vertu de l’infâme Public Order Act. Déconcerté, Sherwood réfute fermement toute mauvaise intention. « Je ne faisais que dire ce que dit la Bible – je ne voulais blesser personne ou causer une offense ». Il avait prêché à partir de Genèse 1:26. Homme et femme, il les créa. C’est la base de sa conviction : le mariage est entre un homme et une femme – une opinion partagée par environ 1 britannique sur 5. L’homme âgé a été interrogé par la police sur ce qu’il ferait si ses enfants étaient homosexuels.

Il ne s’est même pas écoulé une semaine entière avant que les projecteurs ne soient braqués sur le prochain leader chrétien sur la sellette. La semaine dernière, l’aumônier de l’école, le révérend Dr Bernard Randall, a été signalé à l’organisme gouvernemental de surveillance des terroristes – oui, des terroristes – pour avoir dit aux enfants qu’ils avaient le droit de croire la position biblique sur le mariage s’ils le voulaient. Il leur avait également dit, au cours de la même leçon, que « aimer son prochain comme soi-même » était une partie essentielle de l’enseignement chrétien et ne laissait aucune place à l’abus de quiconque. La description de poste de l’aumônier exigeait qu’il soit « la voix particulière et l’incarnation des valeurs chrétiennes qui sont au cœur de l’éthique de l’école ». Mais pas toutes les valeurs chrétiennes, apparemment. Il a été suspendu, a fait l’objet d’une enquête, a été signalé aux autorités comme étant un « danger pour les enfants », et a finalement été licencié.

Ces histoires sont curieuses, étant donné que la Grande-Bretagne a toujours joui d’une solide tradition de liberté d’expression. Lord Justice Sedley a clairement indiqué dans un arrêt de 1991 de la Cour suprême que la liberté d’expression inclut, pour citer, non seulement l’inoffensif, mais aussi l’irritant, le litigieux, l’excentrique, l’hérétique, l’importun et le provocateur, à condition qu’il ne tende pas à provoquer la violence. Parler ne coûte pas cher, mais la liberté de ne dire que ce que vous voulez que je dise ne vaut guère la peine.

Et pourtant, le gel de la liberté d’expression a été annoncé depuis longtemps par des lois de plus en plus répressives qui réduisent au silence ceux qui s’écartent d’un iota de l’orthodoxie étroite du jour. Priti Patel a récemment fait les gros titres pour avoir fait marche arrière sur le pouvoir actuel de la police d’enregistrer les « incidents haineux non criminels ». En d’autres termes, le pouvoir des seigneurs de Big Brother de noter, à l’intention de futurs employeurs, ce que nous disons légalement si un autre auditeur décide de l’interpréter comme étant haineux ou offensant. Le retour en arrière de Patel sur cette pratique ne va pas plus loin. Le nouveau projet de loi sur la sécurité en ligne, qui vise à cibler les contenus numériques illégaux, évoque un principe de censure similaire. Les notes explicatives soulignent les préoccupations relatives aux discours « légaux mais potentiellement dangereux ». Ce qui tombera dans cette crevasse d’interprétation est, littéralement, l’affaire de tous.

JK Rowling a pensé que la réaction à son tweet était mauvaise. Räsänen risque une peine de prison.

Alors que l’encre est à peine sèche sur les papiers du Brexit, il semble que le Royaume-Uni soit plus qu’heureux de suivre le reste de l’Europe dans l’abîme orwellien. Et il ne s’agit pas seulement de prédicateurs de rue de 71 ans. Päivi Räsänen est une députée finlandaise et ancienne ministre de l’Intérieur. Médecin et grand-mère, elle est populaire dans sa circonscription. En l’espace de quelques mois, Päivi Räsänen a dû faire face à trois enquêtes criminelles. La saga a commencé par un simple tweet. Alors qu’elle demande aux dirigeants de son Eglise s’il est juste de parrainer la parade des fiertés d’Helsinki 2019, elle joint une photo d’un texte biblique (Romains 1, 24-27) à son tweet. Une pilule empoisonnée. La police s’intéresse alors au sujet. Au cours de l’enquête, ils trouvent un pamphlet, écrit pour son Eglise en 2004, dix ans avant la légalisation du mariage homosexuel dans son pays, intitulé « Homme et femme, il les créa ». Ils ont finalement déterré un enregistrement d’elle discutant du sujet à la radio. La semaine dernière, elle a appris qu’elle était accusée de trois « crimes de haine ». JK Rowling a trouvé que la réaction à son tweet était mauvaise. Räsänen risque une peine de prison.

En d’autres termes, nous sommes en train de changer la signification du crime sur notre continent. Au lieu de fous violents, nous nous attaquons aux prédicateurs et aux députés âgés. Le pasteur John Sherwood a été blessé – un poignet et un coude douloureux, lorsqu’il a été littéralement « déplacé » de son escabeau. Il a peut-être été libéré pour l’absence de motifs. Mais avec l’Écosse et l’Angleterre qui se livrent à une sorte de course aux armements pour déterminer qui a les lois les plus répressives en matière de discours de haine, l’histoire devient de plus en plus familière. Et avec le nouveau projet de loi sur la police, la criminalité, les peines et les tribunaux, qui risque de faire de tout comportement susceptible de causer un « grave malaise » un crime, tous les paris sont ouverts pour savoir qui sera le prochain.

Et pourquoi s’arrêter là ? Si les croyances chrétiennes sont désormais réellement illégales, nous avons beaucoup de choses à régler dans notre pays. Certains serments prêtés au tribunal pour dire la vérité sont prononcés sur la Bible – ce que nous considérons apparemment maintenant comme un crime. Nous chantons « God save the Queen », mais n’oublions pas qu’elle est à la tête d’une Église qui défend une vision traditionnelle du mariage. Des artistes, des poètes et des compositeurs se sont inspirés des Écritures pour créer certaines pièces les plus emblématiques de notre héritage culturel. Il se pourrait qu’ils aient tous la tête ailleurs.

Lois McLathie – The Critic UK

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS