Résumé

Le gouvernement irlandais a annoncé une levée partielle de l’interdiction générale de culte, en vigueur depuis la majeure partie de l’année dernière.
Declan Ganley, homme d’affaires, poursuit son action pour que le gouvernement soit placé devant ses responsabilités et que l’interdiction générale ne se répète pas à l’avenir.

DUBLIN (30 avril 2021) – L’Irlande ne sera plus le seul endroit en Europe à avoir complètement interdit le culte public – c’est ce qu’a annoncé le gouvernement le 29 avril, signalant une levée partielle de cette interdiction disproportionnée à partir du 10 mai. Tout au long de la pandémie, les églises ont dû faire face à une fermeture forcée, alors que les supermarchés, les quincailleries et les magasins de vélos ont été autorisés à rester ouverts avec les mesures de sécurité adéquates. Le traitement disproportionné des églises par rapport aux lieux de commerce a déclenché un recours juridique contre l’interdiction du gouvernement.

Face à cette contestation et à la pression de l’opinion publique, le gouvernement a annoncé que les services religieux pourraient reprendre à partir du 10 mai, avec des masques, des distances et une limite de 50 fidèles.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Declan Ganley, qui a déposé un recours après avoir constaté l’impact sur toutes les communautés religieuses, redouble d’efforts pour s’assurer que l’interdiction générale de culte ne sera plus jamais imposée et pour demander des comptes au gouvernement.

« Je salue les mesures prises par le gouvernement pour rouvrir les églises. Cependant, cela ne change rien au fait que pendant la majeure partie de l’année dernière, les églises ont été soumises à un traitement injuste par rapport aux lieux de vente », a déclaré Declan Ganley, en réponse à la déclaration du gouvernement.

« Il n’y a aucune explication claire quant à la raison pour laquelle le peuple irlandais aurait dû être privé d’une source essentielle de réconfort et d’espoir dans une telle période de deuil national. Il n’y a pas de raison valable pour qu’une église ouverte et aérée, avec beaucoup d’espace, soit considérée comme plus dangereuse qu’un magasin de vélos. Les personnes croyantes sont-elles en réalité plus contagieuses que les autres ? » poursuit-il.

« Nous savons, grâce au cas du chanoine Tom White en Écosse, que la décision d’interdire complètement le culte public est une décision illégale qui suspend inutilement les droits humains fondamentaux. Bien que je sois très heureux que les portes des églises soient à nouveau ouvertes en Irlande, cette affaire reste essentielle. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’une décision claire de la Cour pour savoir si cette interdiction draconienne était justifiée initialement. Il s’agit également d’un moment décisif pour l’avenir de la foi en Irlande. Les tribunaux ont maintenant la possibilité de s’assurer que la communauté ne sera plus jamais privée de l’accès à un lieu de rencontre avec Dieu et de service aux personnes souffrantes en cas de besoin. »

ADF INTERNATIONAL FRANCE

CS 80002 / 67083 STRASBOURG CEDEX