• Les autorités suisses rejettent la demande d’asile d’un chrétien pakistanais converti craignant à juste titre d’être persécuté.
  • La situation de la minorité la plus persécutée se détériore alors que les lois sur le blasphème créent une véritable culture de la peur

STRASBOURG (19 mars 2021) – Un ressortissant pakistanais se bat pour sa vie devant la Cour européenne des droits de l’homme. Les autorités suisses ont rejeté sa demande d’asile pour des motifs religieux. L’homme, connu sous les initiales « M.A.M », a fait appel contre son extradition en raison de sa conversion de l’islam au christianisme – une religion dont on sait qu’elle fait l’objet de persécutions terribles en Asie du Sud. Le groupe de défense des droits de l’homme ADF International est intervenu dans le cadre de son appel devant la plus haute juridiction européenne, en fournissant des informations actualisées sur la situation des convertis dans la région et en exposant les solides protections juridiques qui permettent non seulement de croire en quelque chose, mais aussi de vivre en accord avec ces croyances. Les arrêts de la Cour ont un impact sur plus de 800 millions d’Européens dans 47 pays.

« Personne ne devrait être persécuté pour ses croyances. Le Pakistan compte parmi les pays les plus dangereux pour les chrétiens, avec ses lois draconiennes sur le blasphème et sa violence croissante envers les groupes chrétiens. Les chrétiens convertis sont confrontés non seulement à la violence et à la discrimination de la société, mais aussi à des arrestations et à de longues peines de prison. La détention des chrétiens s’accompagne généralement de mauvais traitements et d’abus, tant physiques que psychologiques. Ces facteurs doivent faire partie de l’évaluation des risques pour ceux qui, comme M.A.M., demandent l’asile pour des motifs religieux », a déclaré Jennifer Lea, conseillère juridique de l’ADF International auprès de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Appel à l’action internationale face aux menaces alarmantes qui pèsent sur les convertis chrétiens

Si le Tribunal administratif fédéral suisse a affirmé que la conversion de M.A.M. était effectivement crédible et qu’elle avait eu lieu avant le rejet de sa demande d’asile, il a néanmoins estimé que ses droits à la vie, à la protection contre les traitements inhumains et à la liberté de pensée, de conscience ou de religion ne seraient pas menacés.

Le Pakistan occupe actuellement la cinquième place sur la World Watch List, qui classe les pays en fonction de leur niveau de persécution des chrétiens. Le niveau de persécution est qualifié d’ « extrême » en raison des lois sur le blasphème, qui prévoient la peine de mort. Les convertis de l’islam sont considérés comme des apostats et courent un risque particulièrement élevé.

Le cas d’Asia Bibi, une femme accusée de blasphème et détenue dans les couloirs de la mort pendant huit ans jusqu’à son acquittement, est un exemple bien connu de la menace actuelle. Après son acquittement, de violentes manifestations ont eu lieu dans tout le Pakistan, menaçant sa vie. Suite à une intense pression internationale, elle a finalement été autorisée à demander l’asile au Canada.

Mariages forcés des mineurs

ADF International, qui a un bureau en Asie du Sud-Est, soutient actuellement le cas de Maira Shabaz devant les tribunaux pakistanais. Cette jeune fille de 14 ans a été enlevée, violée et mariée dans le cadre d’une « conversion forcée » à laquelle elle a été confrontée en raison de son identité chrétienne. Maira attend dans la clandestinité pendant que son équipe juridique travaille à l’annulation de son certificat de mariage. Son histoire n’est qu’un exemple d’un phénomène violent qui touche chaque année un millier de filles issues de minorités religieuses au Pakistan.

« Le droit international protège le droit d’exprimer sa foi en public et en privé. Mais, au Pakistan, la simple tentative des chrétiens de parler de leur foi avec leurs voisins musulmans peut être poursuivie en vertu des lois sur le blasphème, qui peuvent entraîner la peine de mort. Les cas d’Asia Bibi et de Maira, qui ont retenu l’attention des médias internationaux, fournissent des exemples très concrets de la persécution à laquelle de nombreux chrétiens sont confrontés. Nous espérons que la Cour européenne des droits de l’homme reconnaîtra les dangers auxquels sont confrontés en particulier les chrétiens convertis au Pakistan, et qu’elle accordera une protection à M.A.M. et à d’autres personnes comme lui », a déclaré Tehmina Arora, directrice du plaidoyer pour l’Asie d’ADF International.

 

 

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS