Résumé

  • Le Procureur général de la Finlande a retenu trois accusations criminelles contre l’ancien ministre de l’Intérieur.
  • Une députée poursuivie pour avoir tweeté un verset de la Bible

HELSINKI / VIENNE (30 avril) – L’emprisonnement pour avoir posté un tweet sur la Bible est désormais une réelle possibilité en Finlande. Le procureur général de la Finlande a porté trois accusations criminelles contre le député finlandais Päivi Räsänen. L’ancien ministre de l’Intérieur risque désormais deux ans d’emprisonnement pour chaque crime présumé. La médecin, mère de cinq enfants et grand-mère de six enfants est accusée d’avoir tenu un « discours de haine » pour avoir exprimé publiquement son opinion sur le mariage et la sexualité humaine dans une brochure publiée en 2004, pour des commentaires faits lors d’une émission de radio en 2019 et pour un tweet adressé à la direction de son église.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

« Je ne peux pas accepter que l’expression de mes convictions religieuses puisse entraîner l’emprisonnement. Je ne me considère pas coupable d’avoir menacé, calomnié ou insulté qui que ce soit. Mes déclarations étaient toutes fondées sur les enseignements de la Bible sur le mariage et la sexualité », a déclaré Päivi Räsänen. « Je défendrai mon droit de confesser ma foi, afin que personne d’autre ne soit privé de son droit à la liberté de religion et d’expression. Je m’en tiens à l’idée que mes expressions sont légales et qu’elles ne doivent pas être censurées. Je ne reculerai pas devant mes opinions. Je ne me laisserai pas intimider pour cacher ma foi. Plus les chrétiens se taisent sur des thèmes controversés, plus l’espace de la liberté d’expression se rétrécit. »

Inculpée pour avoir exprimé des convictions personnelles.

Les enquêtes de police contre Räsänen ont débuté en juin 2019. En tant que membre actif de l’église luthérienne finlandaise, elle s’est adressée à la direction de son église et a remis en question son parrainage officiel de l’événement LGBT « Pride 2019 », avec l’appui de l’image d’un texte biblique. Mme Räsänen a déjà participé à plusieurs longs interrogatoires de police sur ses opinions et a dû attendre plus d’un an que le procureur général décide de poursuivre ou non les poursuites. Cette décision a maintenant été prise et ADF International continuera à soutenir la défense de Räsänen et le droit de chacun à partager librement ses croyances.

« La liberté d’expression est l’une des pierres angulaires de la démocratie. La décision du procureur général finlandais de porter ces accusations contre le Dr Räsänen crée une culture de la peur et de la censure. Le fait que de tels cas deviennent de plus en plus courants en Europe donne à réfléchir. Si des fonctionnaires engagés comme Päivi Räsänen sont inculpés pour avoir exprimé leurs convictions profondes, le droit de chacun à s’exprimer librement s’en trouve paralysé”, a déclaré Paul Coleman, directeur exécutif de l’ADF International et auteur de Censored : How European Hate Speech Laws are Threatening Freedom of Speech ».

Mme Räsänen est membre du Parlement finlandais depuis 1995, elle a été présidente des chrétiens-démocrates de 2004 à 2015 et, de 2011 à 2015, elle a été ministre de l’Intérieur, période pendant laquelle elle a été responsable des affaires ecclésiastiques en Finlande.

Vous pouvez envoyer un message d’encouragement à Päivi Räsänen ici.

ADF INTERNATIONAL FRANCE

CS 80002 / 67083 STRASBOURG CEDEX