• ADF International intervient devant la Cour européenne des droits de l’homme dans plusieurs litiges au sujet des interdictions de culte en Croatie et en Grèce
  • Le verdict fait suite à des jugements défendant le droit au culte en Écosse, en Suisse et au Chili

STRASBOURG (le 12 octobre 2021) – Un gouvernement peut-il interdire toutes les cérémonies religieuses publiques au nom de la santé publique? La Cour européenne des droits de l’homme va trancher cette question relative aux interdictions imposées en Grèce et en Croatie en 2020.

“La liberté de religion et de croyance est un droit humain qui mérite la plus haute protection. Il comporte le droit de d’exprimer sa foi en public. Pendant la pandémie, ce droit, pourtant protégé par la législation européenne, a été bafoué par de nombreux gouvernements européens qui ont interdit de manière disproportionnelle toute cérémonie dans les lieux de culte. Il est inexplicable que les autorités n’aient pas trouvé de solutions protégeant autant la santé publique que le droit au culte communautaire. Pour une personne croyante, pratiquer sa foi avec d’autres est aussi important que de boire et de manger. Nous espérons que la Cour européenne tranchera en faveur du droit de toute personne à vivre sa foi, à l’instar des jugements rendus en Écosse, en Suisse et ailleurs” confie Robert Clarke, Directeur adjoint (Plaidoyer) chez ADF International.

Une tendance générale: les interdictions au culte disproportionnées déclarées “illégales”

En tant qu’’organisation de défense des droits de l’homme, ADF International a soutenu des actions en justice contre de telles interdictions de culte générales autant en Europe qu’en Afrique et qu’en Amérique latine.

“Nous saluons le fait que partout dans le monde, les gouvernements ont rouvert les églises. Mais les actions en justice contre les interdictions de culte sont toujours d’actualité. Maintenant, les tribunaux peuvent saisir l’occasion et faire ce qu’il faut afin que les croyants ne soient plus jamais privés de l’accès à leurs lieux de rencontre avec Dieu et de service à leur prochain, surtout dans une période difficile” explique Clarke.

Au mois de mars, le plus haut tribunal civil de l’Écosse a jugé que la fermeture des églises par le gouvernement pendant le confinement était illégale, suite à une plainte introduite par le chanoine Tom White, prêtre à Glasgow, accompagné de 27 responsables religieux. Le jugement écossais a affirmé que toute restriction des libertés fondamentales doit être nécessaire et proportionnée. En novembre 2020, les principaux conseillers médico-scientifiques avaient admis que les preuves du bien-fondé de la fermeture des églises étaient au mieux “anecdotiques” et “non basées sur des réalités scientifiques”.

Le lendemain même, c’était au tour de la Cour suprême du Chili de statuer, à l’unanimité, que les restrictions relatives au Covid-19 ont été appliquées de manière discriminatoire envers les croyants du pays. Le jugement phare souligne que la liberté de religion est un droit humain qui ne peut pas être simplement suspendu.

Des tribunaux appelés à se prononcer sur des interdictions de culte en Irlande, Ouganda, Afrique du Sud

Des litiges sont actuellement en cours en Ouganda, où ADF International soutient les démarches entamées par une coalition de croyants catholiques, évangéliques et musulmans accompagnés de quelques députés. Pendant l’été, les centres commerciaux et galeries marchandes étaient ouverts – tandis que les églises demeuraient fermées.

Une affaire similaire est pendante en Irlande, où durant près de douze mois, le simple fait de participer à une cérémonie religieuse a été considéré comme une infraction. Tout croyant quittant son domicile pour se rendre dans un lieu de culte risquait une amende, voire même une peine de prison de six mois. Pour en savoir plus, visitez le site www.letusworship.global/ireland.

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS