• Une fille sur neuf dans les pays en développement est mariée avant son 15ème anniversaire ; les filles issues de minorités religieuses sont confrontées à un immense risque.
  • Maira, 14 ans, victime d’une « conversion » forcée, attend dans la clandestinité tandis que l’équipe juridique soutenue par ADF International travaille à l’annulation du certificat de mariage

VIENNE (5 mars 2021) – En cette Journée internationale de la femme, les jeunes filles chrétiennes du Pakistan craignent pour leur sécurité. Maira Shabaz connaît mieux que quiconque la dangereuse réalité. Elle a échappé à son ravisseur – mais pas avant qu’il ne la brutalise, la fasse chanter, l’épouse et la « convertisse » de force en lui faisant abandonner sa foi chrétienne.
La Haute Cour de Lahore a d’abord ordonné qu’elle soit rendue à son ravisseur.
Elle se cache depuis plusieurs mois avec sa famille. En collaboration avec l’avocat local Sumera Shafiq, ADF International cherche à faire annuler son certificat de mariage.
« Personne ne devrait être persécuté à cause de sa foi. Au Pakistan, des jeunes filles chrétiennes sont enlevées et converties par mariage forcé simplement à cause de leurs croyances. Le cas de Maira est un exemple choquant de ces pratiques. Nous espérons que la communauté internationale ouvrira les yeux sur ce qui se passe au Pakistan et aidera à protéger les chrétiens et les autres minorités qui appartiennent à certains des groupes les plus vulnérables du pays », a déclaré Tehmina Arora, directrice du plaidoyer pour l’Asie de l’ADF International.


La communauté internationale doit protéger les filles comme Maira
Selon l’ONU Femmes, environ 700 millions de filles dans le monde ont été mariées avant leur dix-huitième anniversaire. Dans les pays en développement, une fille sur trois est mariée avant l’âge de 18 ans et une sur neuf est mariée avant l’âge de 15 ans.
Le Pakistan est reconnu comme l’un des endroits où il est le plus dangereux pour une femme d’être chrétienne. Le cas de Maira Shabaz met en lumière un problème plus large de « conversion » forcée par le mariage qui touche chaque année, selon les estimations, un millier de filles issues de minorités religieuses dans ce pays.
Cette pratique se fait généralement par le biais d’enlèvements, de violences sexuelles et de chantage. Les autorités locales sont souvent complices de ces cas. Malheureusement, les tribunaux n’ont souvent pas respecté la loi sur la limitation des mariages d’enfants, qui fixe l’âge légal du mariage pour les filles à 16 ans.
« La communauté internationale doit prendre des mesures pour empêcher des violations aussi extrêmes des droits fondamentaux au Pakistan. Le cas de Maira est un exemple beaucoup trop fréquent de ce à quoi les minorités religieuses sont confrontées dans le pays et qui ne peut plus passer inaperçu. Tout le monde a le droit de choisir librement et de vivre sa foi sans craindre la violence. Tous les États doivent veiller à ce que leurs lois et leurs politiques soient conformes à leurs engagements en matière de protection de la liberté religieuse en vertu du droit international », a déclaré Paul Coleman, directeur exécutif d’ADF international.

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS