Résumé

  • Une compagnie de bus slovène a censuré des messages en faveur de la vie.
  • L’organisme national pour l’égalité des chances a jugé la compagnie de bus publique coupable de discrimination.

LJUBLJANA (9 juin 2021) – Les organismes de services publics peuvent-ils retirer les publicités que les autorités décident de ne pas aimer ? En Slovénie, une société de bus appartenant à l’État a retiré des publicités commandées par l’ONG pro-vie Zavod ŽIV!M en 2018. Ils ont jugé « intolérants » les messages « Nous aimons la vie ! », « Vous n’êtes pas seule », « Sortez du silence » et « Je pleure mon enfant », accompagnés de photos d’une famille heureuse, d’une mère en deuil et d’une femme tenant un test de grossesse. La compagnie de bus publique avait signé un contrat pour afficher les publicités pendant quelques mois, mais les a retirées après un peu plus d’une semaine. Lorsque Zavod ŽIV!M a demandé réparation, l’organisme national slovène chargé de l’égalité, appelé « Défenseur de l’égalité », a estimé que la compagnie de bus avait fait preuve de discrimination à l’égard de l’ONG pro-vie. La compagnie de bus poursuit maintenant le Défenseur pour contester cette décision. Le tribunal devrait annoncer sa décision ce mois-ci.

« Chaque vie est précieuse. Nous voulons soutenir les femmes en crise, en particulier celles qui sont confrontées à des grossesses non planifiées ou à la perte d’un enfant. Nos publicités sur les bus étaient destinées à leur montrer qu’elles ne sont pas seules. Nous voulons leur offrir aide et assistance », a déclaré Darja Pečnik, directrice de Zavod ŽIV!M.

La censure d’État, une préoccupation croissante en Europe

« Dans un marché libre des idées, chacun devrait pouvoir partager des messages librement, sans craindre la censure. Les militants de Zavod ŽIV!M estiment que chaque vie humaine a de la valeur. En partageant et en annonçant ce point de vue, ils ont exercé leur droit fondamental à la liberté d’expression. Nous espérons que le tribunal confirmera les conclusions du Défenseur slovène du principe d’égalité, selon lesquelles la suppression des publicités était effectivement discriminatoire », a déclaré Tomaž Pisk, l’avocat principal représentant Zavod ŽIV!M.

Les experts en droits de l’homme d’ADF International ont également exprimé leur inquiétude concernant cette affaire :

« La liberté d’expression est le fondement de toute société libre et démocratique. Pourquoi ces déclarations et photos inoffensives d’une famille heureuse, d’une mère en deuil et d’une femme tenant un test de grossesse devraient-elles être considérées comme intolérantes ? N’oublions pas que la Cour européenne des droits de l’homme a affirmé que le droit à la liberté d’expression protège non seulement les idées populaires, mais aussi celles qui choquent, offensent et dérangent. La suppression des publicités sur les bus n’est rien d’autre que de la censure, qui porte atteinte au droit à la liberté d’expression de Zavod ŽIV!M », a déclaré Adina Portaru, avocate principale d’ADF International, une organisation de défense des droits de l’homme qui soutient Zavod ŽIV!M.

La censure d’État est un problème croissant en Europe. Dans un cas similaire au Royaume-Uni, un autre message d’espoir a été retiré des bus par les autorités en 2018. Les affiches annonçaient un projet de festival christique auquel participait le pasteur Franklin Graham. Elles ne portaient que le titre « A Time for Hope », la date et le lieu du festival, avec une invitation à réserver des billets gratuits. Cette année, un tribunal britannique a jugé que la censure de ces publicités avait été discriminatoire. Pour plus d’informations sur l’action d’ADF International en faveur de la protection de la liberté d’expression, consultez le site www.adfinternational.org.

ADF INTERNATIONAL FRANCE | DOMICILIATION: 115 RUE DE L’ABBE GROULT | 75015 PARIS